Actualité Automobile
10 nov

Deuxième confinement : quels dangers pour l'automobile et quelles solutions ?

Deuxième confinement : quels dangers pour l'automobile et quelles solutions ?


Les premiers effets de ce deuxième confinement se font déjà ressentir sur le marché automobile : chute des ventes, prolongation des aides à l’achat, discussion autour de l’ouverture des concessions… L’automobile représente une activité primordiale qui fait vivre le territoire, c’est pourquoi l’Etat prend très au sérieux les dégâts que pourrait engendrer ce nouveau confinement. 
 

Baisse des ventes automobiles

C’était une conséquence évidente à l’annonce de ce nouveau confinement, qui a entraîné la fermeture des concessions automobiles. De nombreux français sont désormais privés de travail à cause de la fermeture des établissements dont l’activité est non-indispensable. De ce fait, les projets coûteux comme l’achat d’une voiture sont laissés de côté, et le secteur en pâtit. Le Comité National des Professionnels de l’Automobile (CNPA) a déclaré que les ventes de véhicules neufs étaient tombées à -70%, et -90% pour les véhicules d’occasion. A ces déclarations, les représentants de la CNPA ont ajouté : “ La baisse des ventes de véhicules neufs en 2020 pourrait atteindre 30 % avec 1,5 million d’immatriculations seulement, un niveau plancher jamais atteint depuis près de 50 ans ”


Quid de la réouverture des concessions ?

Après une demande faite par le président de la Plateforme de la Filière Automobile (PFA) sur la réouverture des concessions, on apprend que le ministère de l’Industrie a rejeté la proposition, affirmant que l’ouverture des concessions à l’heure actuelle “ dépend de décisions beaucoup plus globales sur la situation sanitaire ”. Cependant, le président de la PFA craint qu’une fermeture trop longue des concessions entraîne, de fait, une fermeture des usines de production comme cela avait été le cas au premier confinement. En effet, si les ventes ne suivent plus, les constructeurs devront condamner la production afin d’éviter de trop grosses pertes financières et une production à vide. Le risque est pour l’instant évité grâce à l’autorisation accordée aux professionnels automobiles de livrer les véhicules ou de procéder au système de Drive avec l’accueil en magasin des clients pour les livraisons.
 

Le bonus écologique et la prime à la conversion ne bougeront pas en janvier 2021

Après un refus de la réouverture des concessions, le gouvernement a décidé, pour montrer son soutien à la filière automobile, de maintenir les montants actuels de la prime à la conversion et du bonus écologique, qui devaient normalement être modifiés au 1er janvier 2021. Les automobilistes pourront donc continuer de prétendre à un bonus éco de 7000€ ou une prime à la conversion de 3000€ pour un véhicule thermique et 5000€ pour une voiture électrique ou hybride rechargeable. Les montants seront bien rabaissés mais cette baisse sera prise en compte à partir du 1er juillet 2021. 
 

De nombreux emplois menacés


usines auto


La filière automobile étant l’une des plus importantes sur le territoire, les conséquences seront lourdes si le secteur est affecté économiquement. Selon les industriels, la crise sanitaire pourrait engendrer la perte de 60 000 emplois, soit 15% du total des emplois en France, qui sont au nombre de 400 000 dans la filière. Avec une telle menace, ce sont même des usines automobiles qui sont susceptibles de fermer. Reste à espérer que les fonds débloqués par l'Etat suffiront à ne pas détruire l'activité automobile dans le pays.

 

 

Cet article vous a intéressé ? N'hésitez pas à commenter et à le partager avec vos proches.
ET SURTOUT… N’oubliez-pas de nous suivre sur Facebook, Instagram, Youtube et LinkedIn !

Facebook AutoJM Instagram AutoJM Youtube AutoJM Linkedin

 

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :