Actualité Automobile
12 fev

Radar de contrôle routier : l’ennemi des automobilistes

Radar de contrôle routier : l’ennemi des automobilistes

 

Le radar de contrôle routier permet, grâce à des ondes électromagnétiques, de mesurer la vitesse des véhicules en circulation, mais aussi de détecter des infractions comme un franchissement de ligne au feu rouge. Si les automobilistes le redoute, c’est parce qu’il est de plus en plus efficace et repère de mieux en mieux les différentes infractions. Zoom sur les différents radars présents en 2020 sur les routes de France.

 

Les radars des réseaux routiers et autoroutiers français

Le radar fixe

radar fixe


Signalé par un panneau comme celui ci-contre, le radar fixe est présent sur les axes autoroutiers et routiers où la circulation est dense afin de pousser les automobilistes à ralentir. C’est le premier radar routier qui a été mis en place sur les routes de France, en 2003.

Le radar discriminant


Tout comme le radar fixe, il est signalé par un panneau. Il contrôle la vitesse dans les deux sens de circulation et peut différencier les poids lourds des véhicules légers. Les radars discriminants sont placés aux abords des routes où le trafic est important et où les accidents sont majoritairement dûs à des excès de vitesse. 

Le radar embarqué

radar embarqué

Celui-ci, contrairement au précédent, n’est pas signalé. Ce sont les agents des forces de l’ordre qui, sur ordre du préfet, se positionnent sur une route déterminée afin de contrôler les automobilistes qui y passent. Ils embarquent avec eux un radar qui leur permet d’avoir en temps réel la vitesse à laquelle circulent les véhicules. Ils sont petit à petit remplacés par les radars mobiles nouvelle génération.

Le radar mobile nouvelle génération

Il équipe directement les véhicules utilisés par les forces de l’ordre. Ce radar est embarqué dans les véhicules, comme un équipement en option, et permet de contrôler les grands excès de vitesse. Il n'est pas signalé puisqu’il se trouve à bord de véhicules en circulation.

Le radar tronçon

Ce dispositif est séparé en deux radars : un premier qui enregistre la plaque d’immatriculation et l’heure de passage du véhicule, un deuxième, mis à une certaine distance du premier, qui enregistre l'heure à laquelle le véhicule passe. Le temps écoulé pour parcourir la distance qui sépare ces deux radars permet de calculer une  vitesse moyenne. Si la durée est peu élevée, la vitesse est alors estimée comme trop élevée elle, et l’automobiliste est pénalisé. 

Le radar de feu rouge

radar feu rouge


Comme son nom l’indique, ce radar est implanté sur les feux tricolores et contrôle si les automobilistes s’arrêtent bien quand le feu est rouge. Une photo sera prise si le véhicule franchit la ligne alors que le feu est rouge et l’automobiliste recevra une contravention.

Le radar de passage à niveau

De même que pour le précédent, celui-ci est implanté sur les feux clignotants rouges dédiés aux passages à niveau. Il permet de flasher les automobilistes qui traversent sur le passage à niveau alors que le feu clignote. 

Le radar autonome/de chantier

Ce radar semi-fixe se trouve principalement à bord des chantiers. Destiné, comme tout radar, à faire ralentir les automobilistes, il garantit de surcroît la sécurité des ouvriers qui travaillent aux abords des routes et autoroutes. Il s’installe facilement et rapidement.

Le radar pédagogique

radar pédagogique


Qui n’en est pas un. Les radars pédagogiques sont le plus souvent placés en entrée d’agglomération ou près des zones à vitesse réduite. Ils affichent tout simplement la vitesse à laquelle les automobilistes sont au moment où ils s’approchent du radar. Si la vitesse est excessive, elle est signalée en orange, ou rouge, accompagnée d'un message "ralentir" comme ci-contre. Sinon, elle est signalée en couleur verte.

Le radar tourelle

radar tourelle


C’est la nouveauté parmi les radars fixes du réseau routier et autoroutier français.  Il tient son nom de sa forme, surplombant la circulation à 4 mètres de hauteur. Il contrôle jusqu’à 32 véhicules simultanément, distinguant le véhicule léger du poids lourd, et peut repérer plusieurs infractions à la fois : franchissement d’un feu rouge, d’un passage à niveau, excès de vitesse, non respect des distances de sécurité, dépassement par la droite, détection de franchissement de voie interdite, utilisation du téléphone ou encore non port de la ceinture.

 

Les radars en France : recettes et routes les plus flashées 

En 2018, les radars de contrôle routier ont rapporté 864,4 millions d’euros à l’Etat Français, soit 49% des montants rapportés par les amendes issues des infractions de la route. 

En 2017, les radars qui ont le plus flashé en France sont les suivants : 
- Radar à Etrembières, sur l’A40 entre Chamonix et Mâcon : 125 074 infractions relevées
- Radar sur l’A31 entre Metz et Toulouse : 120 991 infractions relevées
- Radar de Janvry : 105 134 infractions relevées
- Radar de Calais entre Dunkerque et Boulogne sur Mer : 102 302 infractions relevées
- Radar de Massy sur l’A10 : 98 006 infractions relevées 

 

 

Cet article vous a intéressé ? N'hésitez pas à commenter et à le partager avec vos proches.
ET SURTOUT… N’oubliez-pas de nous suivre sur Facebook, Twitter, Instagram, Youtube et Snapchat !

Facebook AutoJM Instagram AutoJM Youtube AutoJM Linkedin

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :