Actualité Automobile
26 jan

Essence ou diesel ? Voici nos conseils :

Essence ou diesel ? Voici nos conseils :

Essence ou diesel ? Voici nos conseils

Le scandale Volkswagen a redonné un coup de jeune à la question du choix entre une voiture essence ou diesel. En incitant à se méfier des arguments aguichants de certaines motorisations diesel, cette affaire a pour avantage de ramener à la réalité ceux qui pensaient que le diesel était une solution miracle. Comment se décider pour l’une ou pour l’autre ? De la même manière que l’on choisissait une voiture essence ou diesel avant que les pouvoirs publics promotionnent le gazole au début des années 2000 à coup de bonus écologiques et autres aides fiscales.

Le diesel est plus cher à l’achat

Pour un modèle identique, la version diesel peut se révéler jusqu’à 25 % plus chère que celle à essence. Deux raisons majeures à cet écart de prix sont d’une part certaines pièces mécaniques qui doivent résister aux fortes contraintes induites par le fonctionnement d’un moteur diesel. D’autre part, la présence de plusieurs dispositifs de dépollution tels que le filtre à particule permettant le traitement des NOx, ces particules polluantes d’oxydes d’azote, a un impact sur le coût du véhicule.

Un coût d’entretien plus élevé pour le diesel

Ces mêmes systèmes de dépollution, d’injection plus complexe et la présence quasi généralisée d’un turbo compresseur font que l’entretien revient plus cher sur un diesel que sur une essence. Si le coût varie suivant les modèles, il est en moyenne 20 % plus élevé.

Une assurance plus chère pour un diesel

Le fait que le prix de certaines pièces soit sensiblement plus élevé sur un diesel a une répercussion sur le coût de l’assurance. Exemple : la Renault Clio diesel dCi 90 pour laquelle l’assurance est 6 % plus chère que son homologue à essence la TCe 90.

Voiture essence ou diesel, laquelle pollue le moins

Le diesel pollue bien plus que l’essence ! Oui et non, car encore faut-il mettre côte à côte dans un comparatif essence/diesel des éléments proches. Il est certain qu’une Peugeot 306 diesel immatriculée pour la première fois en 2002 pollue bien plus que la dernière Peugeot 308 à essence. La différence est par contre bien moindre entre une Peugeot 308 essence et sa déclinaison diesel répondant à la norme Euro6.

Un choix dicté en priorité par les usages

De tout temps, le surcoût lié à l’achat d’une voiture diesel n’a été compensable par la différence de prix du carburant que sous réserve de parcourir un minimum de 15 ou 20 000 km/an. Même si les citadines fonctionnant au gazole ont envahi les villes, 7 diesels sur 10 ne sont jamais « rentabilisés » par leur propriétaire. Un comparatif essence/diesel doit donc prendre en compte ses besoins réels sans être trop influencé par une tendance. En contrepartie, et même avec un gazole plus cher, il faudra attendre encore quelques années avant que les deux carburants soient sur un pied d’égalité. Pour un automobiliste qui parcourt plus de 15 000 km/an, le choix du diesel reste donc d’actualité, le surcoût d’achat se récupérant pour partie lors de la revente de la voiture. Néanmoins, le nombre de diesels devrait progressivement repasser sous la barre symbolique des 50 %, ce qui n’est que la conséquence d’une certaine prise de conscience des besoins réels des automobilistes par rapport au coût réel global de leur véhicule.

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :