Actualité Automobile
21 fev

Le diesel : bientôt disparu… ?

Le diesel : bientôt disparu… ?

 

 

Le diesel est depuis peu devenu LE sujet de discorde. Avant de revenir sur les récentes décisions prises en défaveur du diesel, retour sur ce qu’il faut savoir.

 

Malgré tout, il a des avantages qui ont fait sa popularité pendant plusieurs années : un prix à la pompe bien en dessous du sans plomb, et très souvent une puissance supérieure. De plus, il a été favorisé pendant un temps par les taxes : le bonus-malus écologique incitait clairement à l’achat de véhicules diesel. Cependant, on lui connaît des défauts. Si les véhicules diesel ont connu une notoriété sans précédent il y a quelques années, on sait pourtant que leur prix d’achat était plus élevé. De plus, ils coûtent plus en assurance et en entretien que leurs concurrents, les moteurs essence.

 

Déclaré par l’OMS comme “cancérogène certain”, ce moteur est depuis peu un véritable sujet de débat. Mais d’où a surgit ce débat ? Le dieselgate, ou la tricherie de Volkswagen dévoilée au grand jour. Le groupe Allemand a été suspecté puis déclaré coupable d’avoir menti sur les émissions de gaz à effet de serre provenant de ses moteurs diesel. Depuis, une vague de concurrents ont été inquiété : Renaut-Nissan par exemple, fera l’objet de contrôle sur les moteurs diesel. La triche n’est malheureusement pas que l’affaire de Volkswagen, mais elle concerne plusieurs constructeurs.

 

 

Aujourd’hui, le diesel devient un véritable problème : il est un des facteurs principaux de la surpollution et sa popularité recule aussi vite qu’elle avait avancée plusieurs années en arrière.

Le diesel a un avantage en matière de pollution par rapport aux moteurs essence : il rejette moins de CO2. Seulement, ce n’est pas le seul gaz qui provoque une pollution importante. Le NO2, l’oxyde d’azote et le benzopyrène sont d’autres polluants à prendre en compte, et c’est là que le diesel apparaît comme dangereux : il rejette une quantité importante de ces gaz, beaucoup plus que les moteurs essence dont les rejets sont contrôlés grâce à des catalyseurs.

 

Établi comme un des facteurs principaux de la surpollution, le diesel a fait l’objet de nombreuses réformes anti-pollution. Depuis peu, le prix du gazole a été revu à la hausse, et le malus écologique n’incite plus à se procurer un véhicule équipé d’un moteur diesel. L’interdictions de véhicules diesel dans les grandes villes a également conduit à une baisse de sa notoriété.

 

Aujourd’hui, avec toutes ces mesures, la cote des véhicules diesel chute et le nombre de ventes aussi. Les ventes des modèles diesel ne représentent plus que 40% du nombre total de ventes de véhicules en France, alors que ce nombre était de 73% en 2012.

 

Depuis peu, le diesel est même la cible des projets anti-pollution de l’Union Européenne : la baisse des émissions de gaz à effet de serre provenant de ces véhicules est une étape importante pour respecter les normes établies en matière de qualité de l’air.

 

De plus en plus, les constructeurs menacent de se débarrasser définitivement des moteurs diesel. Serait-il possible de les voir disparaître totalement dans quelques années … ? L’avenir nous le dira.

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :