Actualité Automobile
03 fev

Le marché auto en janvier 2020

Le marché auto en janvier 2020

 

Le 1er janvier 2020, le malus écologique a gonflé ses prix. Afin d’anticiper le phénomène et de continuer à proposer des véhicules le moins pénalisés possible, les constructeurs ont fait immatriculer un maximum de voitures avant le passage en 2020 et l’augmentation du malus. Ce phénomène a créé, pour le mois de janvier 2020, un recul considérable du nombre d’immatriculations faites en France. 

 

Immatriculations des constructeurs auto en janvier 2020

Les marques françaises sont sans nul doute les plus touchées par la baisse. Le groupe Renault est d’ailleurs le numéro 1 de ce triste podium, avec -17,5% d’immatriculations sur les marques Renault, Dacia et Alpine. Le roi du low cost, Dacia, a réduit ses immatriculations de 37,4% et atteint un score de 5852 véhicules immatriculés en janvier 2020, contre 23 894 pour Renault, dont la diminution n’est que de 9,3%.

immat janvier 2020 franceLe groupe PSA n’échappe pas à la règle : Peugeot enregistre 29 246 immatriculations, soit une baisse de 5,9%, Citroën est à 15 637 immatriculations et une baisse de 11%, et Opel observe la baisse la plus forte du groupe avec - 27,4%, soit 4268 immatriculations. Seule la marque DS a augmenté ses immatriculations et pas des moindres, puisqu’elle atteint 2469 immatriculations, ce qui correspond à 39,7% de plus que le mois de janvier 2019.

La tendance se poursuit chez la plupart des constructeurs automobile européens : Volkswagen perd 30,6% d’immatriculations, Audi perd 12,1% d’immatriculations, Ford est à - 33,2%, BMW à - 17,3%, Fiat Chrysler est à - 37,7% et Daimler enregistre même une baisse record de 48,9% d’immatriculations.

Seuls les constructeurs Japonais, moins touchés par les malus écologiques, ont augmenté leurs immatriculations au mois de janvier : + 15,2% pour Toyota et + 28,2% pour Nissan. On note également des hausses chez Skoda (+ 5,7%), Seat (+ 16,4%) et Porsche (+32,9).

 

Malus éco : les normes pour les mandataires auto

Alors que les constructeurs semblent redoubler de moyens pour faire en sorte de ne pas être pénalisés par le malus écologique, les mandataires automobile ont, quant à eux, dû faire face à une problématique récente.

Lors d'une réunion le lundi 27 janvier consacrée à la mise en place du certificat de conformité électronique (e-COC), le gouvernement avait annoncé qu’une différence de traitement serait opérée entre les véhicules homologués WLTP suivant qu'ils disposent ou non d'un e-COC dans la base du SIV ou qu'ils aient été précédemment immatriculés à l'étranger. En d’autres termes, les véhicules neufs se verraient appliquer un malus en fonction du taux de CO2 norme WLTP. Pour les véhicules 0 km déjà immatriculés dans un état membre de l’UE, le malus serait calculé sur la base du nombre de chevaux fiscaux (puissance administrative).

Après quelques jours, et de nombreuses contre-attaques de la part des mandataires automobile, la réglementation a été modifiée : les véhicules neufs jamais immatriculés se verront attribuer, à compter du 1er mars 2020, le malus en norme wltp nedcfonction de la norme WLTP. Pour les véhicules déjà immatriculés dans un autre état membre :

- les véhicules immatriculés du 1er janvier 2020 et jusqu'à la fin de l'année 2020 seront soumis à la grille de malus de janvier/février 2020 selon la norme NEDC
- les véhicules immatriculés à l'étranger en 2019 ou avant et immatriculés en France pour la première fois en 2020 seront soumis à la grille de malus de 2019 selon la norme NEDC
A tous les véhicules déjà immatriculés sera appliquée une baisse de 10% par année entamée.
Exemple : un modèle immatriculé au 15 janvier 2019 et immatriculé en France au 1er février 2020 verra son malus diminué de 20%. Il paiera donc le malus qui était en vigueur en janvier 2019 diminué de 20%.

 

La réglementation favorisera donc l’achat dans certains cas d’un véhicule chez un mandataire auto, car les modèles, souvent déjà immatriculés par les fournisseurs dans leur pays d’origine, seront soumis au malus NEDC qui est souvent plus avantageux que le WLTP qui entrera en vigueur au 1er mars 2020. Reste à savoir si le malus écologique aura un impact considérable sur les ventes de voitures neuves en France.

 

 

Cet article vous a intéressé ? N'hésitez pas à commenter et à le partager avec vos proches.

ET SURTOUT… N’oubliez-pas de nous suivre sur Facebook, Twitter, Instagram, Youtube et Snapchat !

Facebook AutoJM Instagram AutoJM Youtube AutoJM Linkedin

 

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :