Automobile Renault
28 avr

Vitesse bridée sur les futurs véhicules Renault et Dacia

Vitesse bridée sur les futurs véhicules Renault et Dacia


La vitesse est l’une des principales causes de mortalité routière. Les limitations de vitesse sont pourtant de moins en moins respectées, et certains constructeurs automobiles ont décidé de réagir à leur façon contre les amateurs de sensations fortes. Après Volvo, c’est maintenant au tour de Renault et Dacia, qui ont officiellement révélé que leurs modèles seront limités à 180 km/h. Une décision qui ne semble pas convaincre tous les professionnels du secteur automobile. 
 

Le régulateur Safety Coach bridée à 180 km/h

L’annonce a donc été faite officiellement : les modèles Renault et Dacia seront dotés d’un “régulateur automatique réglé par défaut qui s'ajustera à la vitesse autorisée, selon les panneaux et les données de géolocalisation". Nommé “Safety coach”, le régulateur sera aussi capable de seconder le conducteur : "si les capteurs détectent que les mains ne sont plus sur le volant, le véhicule se mettra automatiquement en sécurité", a assuré Luca De Meo, directeur général du groupe Renault. 
 

Renault suit les traces de Volvo

Volvo xc60
 

Une mesure qui rappelle celle de la marque Volvo qui, en 2019, avait également annoncé que ses futurs modèles seraient bridés à 180 km/h. La vitesse arrêtée de 180 km/h correspond à la moyenne observée sur les autoroutes allemandes, qui sont les seules à n’être soumises à aucune limitation de vitesse. Luca de Meo a donc suivi l’exemple de la marque suédoise, avec une vitesse limitée à 180 km/h aussi pour les véhicules Renault et Dacia, mais pas pour les modèles Alpine. La prochaine berline Renault Mégane sera dotée, par défaut, du régulateur de vitesse, et celui-ci sera bridé à 160 km/h. Pas possible donc d’atteindre les 180 km/h avec le régulateur activé. 
 

Une question de sécurité routière ?

Le bridage est donc destiné à assurer la sécurité des automobilistes, mais pas seulement : à travers cette technologie, les constructeurs automobiles préparent les conducteurs aux véhicules électriques, ces modèles dont la configuration ne permet pas de rouler sur des vitesses élevées pendant de longs trajets. Les voitures électriques représentent le futur de l’automobile, et symbolise l’arrêt des moteurs thermiques, sources de pollution. Les futurs conducteurs devront donc s’acclimater avec ces modèles plus écologiques, mais aussi moins puissants et performants.
 

Un changement qui devrait passer inaperçu

Si le PDG du groupe Renault prend ces décisions, c’est qu’il en connaît les impacts : en réalité, cela a peu de chance de dissuader les acheteurs, plus sensibles au tarif de leur future voiture, à sa fiabilité ou son design. De plus, les modèles des marques Renault et Dacia ne sont généralement pas destinés aux amateurs de vitesse mais plutôt aux conducteurs du quotidien pour qui cette nouveauté n’aura pas d’effet. 

 

Dans le futur, des technologies encore plus poussées devraient voir le jour, et notamment une aide à la conduite qui limiterait automatiquement la vitesse de la voiture à la limitation de vitesse en cours grâce à la lecture des panneaux, déjà en place sur de nombreux modèles. Les voitures de demain seront-elles capables de réduire drastiquement les risques d’accidents ?

 

 

Cet article vous a intéressé ? N'hésitez pas à commenter et à le partager avec vos proches.
ET SURTOUT… N’oubliez-pas de nous suivre sur Facebook, Instagram, Youtube et LinkedIn !

Facebook AutoJM Instagram AutoJM Youtube AutoJM Linkedin AutoJM

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :